Les (grosses) chaleurs

Les périodes de chaleur accablante ne laissent personne indifférent. C’est un signe indéniable de nos étés québécois. Pour les personnes grosses, les canicules peuvent être source de stress et d’anxiété.


Encore et toujours, s’habiller…

Ces dernières semaines, on a beaucoup parlé des enjeux entourant la fermeture de certaines boutiques taille plus. L’enjeu de trouver des vêtements adéquats en période estivale est certainement un casse-tête pour plusieurs.

Le fait d’exposer ses jambes sous des shorts, jupes ou maillot de bain peut engendrer une grande anxiété. En raison de leurs coupes, certains modèles de chandails ou robes sont considérés « indécents » dans certains milieux de travail où les décolletés sont mal vus. La ligne d’un ventre considérée visuellement déplaisant peut créer un désir de se cacher sous des vêtements inconfortables. Pour cacher des bras qu’on croit laids, certaines personnes optent pour des manches longues ou s’empêchent de porter des robes qu’elles aiment. Malheureusement, l’offre pour des vêtements jugés appropriés en milieu de travail est limité. Et ceux qui sont disponibles ne sont pas nécessairement adaptés aux grandes chaleurs et/ou à la mode.


Les fameux lieux publics

Les lieux publics peuvent également être une source d’angoisse chez certaines personnes grosses. Parfois synonymes de traumatismes, les piscines publiques et les plages peuvent rappeler des moments douloureux. Les images visant à stigmatiser les personnes grosses qui exposent leur peau circulent depuis longtemps sur les réseaux sociaux.

Les commentaires dénigrants des autres, conscients ou non, sont une autre source de stigmatisation qui perpétue la réticence à s’exposer. La peur d’être ridiculisé(e), insulté(e) et même harcelé(e) empêche beaucoup de personnes grosses à se réfugier dans ce type d’endroits rafraîchissants. C’est particulièrement un problème en région urbaine où les gens ont peu accès à une cour ou une piscine privée.


Une question de santé publique

On le sait, la santé publique n’est pas toujours tendre à l’égard des personnes grosses. Le « surpoids » est considéré comme un facteur aggravant dans les périodes de canicule. (On s’entend, un facteur n’est pas une causalité, mais il demeure important d’y porter une attention particulière afin de se protéger.)

Les structures sociales en place sont loin d’être accueillantes à l’égard des personnes grosses. Le sentiment de rejet qui émane de leur flagrant manque d’adaptation contribue à faire du poids un facteur aggravant. La non-inclusivité dans les lieux publics rend ainsi la communauté grosse plus exposée à des conséquences néfastes sur la santé.


En rappel…

En cette période de pandémie, il peut être très difficile de trouver des lieux frais si on n’a pas accès à un système de climatisation à domicile. La vigilance est de mise.

Petit rappel des consignes sanitaires essentielles :

  • boire beaucoup d’eau ;
  • éviter le soleil entre 10h et 14h ;
  • porter des vêtements de couleur pâle ;
  • chercher l’ombre et les endroits climatisés.

En cas de maux de tête importants d’une grande déshydratation et/ou des difficultés respiratoires, contactez le 811 Info-Santé ou un professionnel de la santé sans délai. (En cas de symptômes graves ou de perte de conscience, on compose le 911.)


 

Partagez !
À propos de l'auteur(trice)

Catherine Labelle

Catherine Labelle est réviseure et rédactrice adjointe de Grossophobie.ca - Infos & référence. Elle s'est d'abord fait connaître par des collaborations avec le blogue Dix Octobre. Elle est diplômée en travail social (B.A. - Université McGill) et en traductologie (M.A. - Université Concordia).

Écrivez le premier commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée.


*