Reitmans, la fin d’une époque?

Le 19 mai dernier, on apprenait que l’entreprise canadienne Reitmans, propriétaire des magasins tailles plus Penningtons et Addition-Elle, s’était mise à l’abri de ses créanciers. La crise sanitaire liée à la COVID-19 a été identifiée par la compagnie comme l’un des facteurs de ses difficultés financières.


La fin d’une époque ?

Fondée en 1980, la compagnie montréalaise Addition-Elle a été achetée par Reitmans en 2001. La chaîne de boutiques habille les femmes québécoises considérées « taille plus » depuis ce temps. Pendant longtemps, Addition-Elle et Penningtons (et de rares grands magasins) constituaient les seules options qui s’offraient aux femmes d’un certain gabarit. Étant considérés des items « spécialisés », les vêtements taille plus étaient, et sont encore, coûteux et de qualité moindre.

Il va sans dire que l’offre s’est améliorée dans la dernière décennie, notamment parce que les magasins dits « réguliers » ont élargi leur sélection de tailles. Toutefois, l’offre s’arrête souvent à 2XL ou 3XL. Les femmes portant les tailles au-dessus restent avec des choix très limités, moins « à la mode » et de faible qualité pour des prix souvent déraisonnables.

Si les différentes enseignes de la compagnie Reitmans en venaient à fermer, l’offre pour les femmes québécoises nécessitant les tailles plus « supérieures » seraient sévèrement limitée.


L’accessibilité, un droit

La réalité est qu’en 2020, l’accessibilité à des vêtements de qualité à des prix raisonnables est loin d’être acquise. Il existe encore peu d’options d’achat local abordable pour les personnes grosses. Encore moins pour les personnes qui se vêtissent des plus grandes tailles du spectre.

Si la compagnie fermait boutique, beaucoup de personnes devront se contenter d’acheter dans des magasins grandes surfaces. Ceci suscite plusieurs enjeux d’adaptation, notamment des cabines trop petites, un manque de compréhension par le personnel de vente, l’indisponibilité de certaines tailles, pour ne nommer que cela. Aussi, certaines personnes grosses devront magasiner à l’étranger. Cela implique également d’autres difficultés, dont l’achat sans essayage, des retours internationaux complexes et des frais supplémentaires (livraison, échange de devises, douanes, etc.) Et cela, c’est dans le meilleur de cas et lorsqu’on les ressources financières nécessaires pour le faire. (Ce n’est pas le cas pour tout le monde.)

Le manque d’accessibilité à des vêtements appropriés et de qualité fait partie de la lutte à la grossophobie. La capacité à trouver des vêtements tendance lorsqu’on est une personne grosse est aussi un enjeu qui découle de la grossophobie.


La suite ?

Il est encore trop tôt pour se prononcer sur l’avenir de Reitmans. Peu importe le dénouement, il reste à espérer que les créateur(trice)s locaux et les entreprises d’ici s’éveilleront à un marché encore peu exploré.


Soutenir les artisans d’ici

Afin d’encourager l’économie locale; voici une courte liste de designers locaux dont l’offre de tailles est intéressante.

Atelier B

Leurs vêtements sont fabriqués et conçus dans le Mile-End à Montréal.L’offre d’Atelier B se décline en taille XS à 4X , avec des collections qui changent au fil des saisons.

Noémiah

Pour les fashionistas, Noemiah propose des vêtements originaux pour celles qui aiment se démarquer. Certains modèles en taille unique font aisément jusqu’à 4X.

Origami Customs

Compagnie montréalaise, Origami Customs est très inclusive, tant dans les tailles que dans l’identité de genre. Elle propose des vêtements, des maillots de bain, des sous-vêtements et même des bandages de poitrine (binder).


Des recommandations et coups coeurs de créateur(trice)s d’ici ?
Faites-les connaître dans les commentaires !


 

Partagez !
À propos de l'auteur(trice)

Catherine Labelle

Catherine Labelle est réviseure et rédactrice adjointe de Grossophobie.ca - Infos & référence. Elle s'est d'abord fait connaître par des collaborations avec le blogue Dix Octobre. Elle est diplômée en travail social (B.A. - Université McGill) et en traductologie (M.A. - Université Concordia).

Readers Comments (2)

  1. Coeur de loup. Elle fait du sur mesure sans frais supplementaires.

    Répondre
  2. Jennifer H. 02/06/AM @ 00:16

    Pour des belles robes montréalaises, de plus en plus de modèles seraient dispos jusqu’à 4X chez Onze. https://onze-montreal.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée.


*