Le problème avec la célébration de la perte de poids

Certaines des publications récentes sur le blogue et la page Facebook de Grossophobie.ca – Infos & référence ont démontré qu’il semble y avoir beaucoup d’incompréhension quant aux propos formulés par notre équipe de rédaction face à la « célébration » de la perte de poids. Plus particulièrement, dans le cas de notre réaction à la sortie dans les médias de Nathalie Simard.

Ce site ayant avant tout une mission éducative quant à la discrimination à l’égard des personnes grosses, voici une excellente occasion d’aborder et d’expliquer en quoi ce type de « célébration » apparaît problématique. (Du moins, dans la perspective de la lutte à la grossophobie.)


C’est quoi, le problème ?

Il est important de noter que nos propos s’adressent particulièrement aux publications qui célèbrent la perte de poids sans être « invitées » à le faire. (On sous-entend ici, par exemple, le fait de souligner qu’une personne a maigri et dire « Wow, regardez comme il/elle a maigri, c’est magnifique ! ») 

Katherine Levac a été particulièrement discrète sur sa perte de poids.
Et ce n’est pas à défaut de s’être fait poser la question…
Peut-être n’a-t-elle simplement pas envie d’en parler ?
Les personnalités publiques nous doivent-elles de nous informer des raisons de leurs changements corporels ?
Pourquoi un changement de poids marqué devient-il un sujet « d’intérêt public » ?

Il arrive cependant, comme ce fut le cas pour Mme Simard, qu’une personnalité collabore de son propre chef à la publication. Qu’elle l’initie, même. Pour différentes raisons. (Note : on ne sait pas si Mme Simard a initié le processus, dans son cas précis.)

Comme dans ce cas précis, il n’est pas rare que les propos tenus dans ces « dossiers-chocs » soient problématiques, particulièrement aux yeux des personnes qui luttent à la grossophobie. Demi-vérités, affirmations incomplètes, citations punchées, pseudo-science… autant d’éléments qui peuplent les pages glacées consacrées aux histoires de personnes qui se sont « (re)prises en main ».


Jugement de valeurs

Trop souvent, on y retrouve aussi des amalgames liant la réussite du processus de perte de poids uniquement à des qualités personnelles. À la discipline, à la volonté et le dépassement de soi, par exemple. Ce sont certainement des valeurs humaines respectables. Mais de nombreuses personnes possédant également ces traits de personnalité n’ont pas perdu de poids. Malgré des efforts tout aussi herculéens. Cela rend-il ces personnes moins disciplinées, moins respectables, parce qu’elles n’ont pas « réussi » ?

Notre société valorise la perte de poids comme s’il s’agissait d’une amélioration de la valeur intrinsèque d’une personne. C’est ce qui permet à différents médias, mais aussi à des personnalités, disons-le, de capitaliser en publiant ou en participant à ce type de « success story ». Ces expériences individuelles ne reflètent pourtant pas l’expérience commune. (Au contraire.)

Notre monde a honte de ses gros(ses). Il est affamé de les faire maigrir. Les publications célébrant unilatéralement la perte de poids comme un accomplissement viennent solidifier la (fausse) prémisse qu’il s’agit d’un processus simple. Qu’il s’agit d’un processus également accessible à tous. D’un processus qui ne rate jamais et qui est permanent.

On y envoie surtout le signal que toute perte de poids est un signe de l’amélioration de la santé. Que c’est toujours une bonne nouvelle. C’est faux.

On y préconise aussi que la perte de poids est synonyme d’une augmentation de la beauté. Une attitude qui relève d’une adhérence aveugle – et malsaine – aux standards de beauté actuels. Et qui nie toute nécessité d’une représentation corporelle variée. Pourtant, on semble vouloir accorder et promouvoir de plus en plus la diversité corporelle… Or, les personnes grosses font partie intégrante de cette diversité, doit-on le rappeler.


Pas toujours une bonne nouvelle

La perte de poids, surtout lorsqu’elle est importante, peut être le symptôme de problèmes de santé divers, que l’on a évoqué précédemment. Ceux-ci, par exemple :

  • les troubles alimentaires ;
  • plusieurs types de cancers ;
  • la dépression et/ou la détresse psychologique ;
  • le VIH ;
  • certaines dépendances dont celle à la cocaïne, à l’alcool ;
  • l’hypo/hyperthyroïdie (problèmes de la glande thyroïde) ;
  • différents problèmes liés à l’appareil digestif

Dans le cas des personnes ayant maigri à cause de différentes affections socialement stigmatisées – le développement d’une dépendance, d’un trouble alimentaire ou des problèmes liés à la santé psychologique, notamment -, il y a fort à parier qu’elles ne veulent pas étaler leur santé ou leur vie personnelle sur la place publique. (Et elles ne devraient pas avoir à le faire.)


Normaliser les changements

Il est plus que temps que les changements de poids soient vus comme des variations normales dans la vie des personnes. Comme l’apparition de rides. Comme la croissance. Ces fluctuations font partie intégrale de la vie des individus.

N’y a-t-il pas des raisons plus importantes de célébrer – ou de s’inquiéter – que le poids ?

Cessons de conclure qu’une personne qui maigrit va toujours mieux. Et qu’une personne qui grossit va toujours mal.

Après tout, le poids n’est qu’un chiffre indiquant la variation de la relation du corps avec la gravité…


 

Partagez !
À propos de l'auteur(trice)

Edith Bernier

Fondatrice de Grossophobie.ca - Infos & référence. Elle blogue également sur les préoccupations des femmes taille plus en voyage (sur La Backpackeuse taille plus) depuis 2013 et est active dans la lutte à la grossophobie depuis 2017.

Écrivez le premier commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée ou partagée.


*