Les plis de Marilou…

L’objectif de la rubrique « Sauf que… » ?
Faire des études de cas de situations réelles et émanant de la culture populaire qui, après réflexion, peuvent envoyer des messages nocifs et stigmatisants sur les personnes grosses. Ces études de cas expliqueront et décortiqueront ces messages et expliqueront en quoi ils peuvent s’avérer grossophobes.

Le but ici n’est pas de faire le procès ou de créer un boycott des personnalités, entreprises ou projets étudiés ; la grande majorité des cas analysés émanera sans doute d’intentions et/ou d’objectifs tout à fait honorables.
Cet exercice est plutôt mené afin de démontrer en quoi une intention noble n’est pas toujours suffisante pour éviter les pièges de la grossophobie « socialement acceptable » et de ses messages nocifs, non seulement pour les personnes grosses, mais pour l’ensemble de la population.

Mise à jour – 15 août 2019 : la publication de Marilou a été retirée d’Instagram.


Qui ne connaît pas la jeune chanteuse devenue autrice de livres de recettes et mom-trepreneur Marilou ?

Le 16 juillet dernier, la jeune femme, très active sur Instagram, a partagé deux photos d’elle en jeans et haut de bikini.

Le commentaire l’accompagnant, écrit par Marilou, disait notamment :

« […] je suis pas mal certaine que ça risque de te faire du bien… pas parce que tu vas me trouver belle. Ou laide. Mais parce que tu vas te reconnaître un peu plus. On a des plis en commun, j’en suis pas mal certaine! […] Moi je suis vraiment pour une petite vague de #PlusDePlis »

View this post on Instagram

 

Tu vas regarder cette première photo et juger quelque chose, soit par rapport à mon corps ou à mon manque d’attention de poster une photo de moi comme ça. Ensuite, tu verras la deuxième et là, je suis pas mal certaine que ça risque de te faire du bien… pas parce que tu vas me trouver belle. Ou laide. Mais parce que tu vas te reconnaître un peu plus. On a des plis en commun, j’en suis pas mal certaine! T’sais les plis qu’on veut pas voir mais qui pourtant, se forment quand on se penche pour prendre un enfant, ou quand on se tord en deux de rire. T’sais les plis qui apparaissent, même quand on pèses 105-lbs-mouillé-pis-les-ongles-sales (salut!), quand on bouge. Le mouvement de notre corps quand on est en vie, pas en photo! Instagram tu manques de plis. De vie. Moi je suis vraiment pour une petite vague de #PlusDePlis !

A post shared by Marilou (@mariloubiz) on

Suite au retrait de la publication, voici la vignette originale.
(Les 2 photos montraient Marilou. La première était parfaite. La deuxième, elle était penchée et on pouvait voir quelques plis sur son abdoment.)

« Tu vas regarder cette première photo et juger quelque chose, soit par rapport à mon corps ou à mon manque d’attention de poster une photo de moi comme ça. Ensuite, tu verras la deuxième et là, je suis pas mal certaine que ça risque de te faire du bien… pas parce que tu vas me trouver belle. Ou laide. Mais parce que tu vas te reconnaître un peu plus. On a des plis en commun, j’en suis pas mal certaine! T’sais les plis qu’on veut pas voir mais qui pourtant, se forment quand on se penche pour prendre un enfant, ou quand on se tord en deux de rire. T’sais les plis qui apparaissent, même quand on pèses 105-lbs-mouillé-pis-les-ongles-sales (salut!), quand on bouge. Le mouvement de notre corps quand on est en vie, pas en photo! Instagram tu manques de plis. De vie. Moi je suis vraiment pour une petite vague de #PlusDePlis ! »


Sauf que…

… les plis de Marilou ne sont pas les (mêmes) plis que ceux des personnes grosses. (Et même que plusieurs personnes « non-minces », d’ailleurs.)

Tout simplement parce que Marilou n’est pas grosse et qu’elle est pile dans les standards de beauté actuellement véhiculés et encensés par la société. (Quoi qu’elle en pense.) Malgré ses « plis », son corps demeure un corps privilégié. (Ou du moins, un corps non opprimé.)

Explication

Quand Marilou sort dans la rue, quand on la voit dans les médias (traditionnels ou sociaux), il y a fort à parier que très peu de gens se disent que son corps n’est pas « normal », pas « correct » ou qu’il est « inadéquat ». Plis ou pas.

Marilou EST la norme. Envoyer un message qui prétend autrement est non seulement incorrect mais potentiellement nocif. Cela sous-entendrait que même elle n’est pas assez-ci / trop cela. Avoir des complexes ou ne pas tout aimer de son corps est normal. Il ne faut tout simplement pas confondre « acceptation de soi » et « diversité corporelle ».

L’acceptation de soi, c’est d’abord au niveau de soi que ça se passe. C’est pour ces choses que nous voyons sur nos corps, mais que la plupart des gens ne connaissent même pas.

La diversité corporelle, quant à elle, se veut une façon de normaliser les corps qui, traditionnellement sont considérés hors normes. Les corps gros, certes, mais aussi les corps trans, racisés, montrant des signes de vieillissement, ayant des marques de maladies ou handicaps visibles,

Le message est bien intentionné, c’est plutôt évident. Il se veut réconfortant, voire rassurant. Mais, si on creuse, ne serait-ce que légèrement, il devient rapidement problématique.

Remarque

Le « 105-lbs-mouillé-pis-les-ongles-sales » a semé la confusion chez plusieurs internautes auprès de qui la jeune femme a dû expliquer qu’il s’agit d’un poids fictif, mais pas du sien.


Conclusion ?

Les plis ne sont pas tous égaux.

Il y a des plis privilégiés. Ceux qui n’existent que « […] quand on se penche pour prendre un enfant, ou quand on se tord en deux de rire. », par exemple.

Et il y a les plis opprimés. Comme les bourrelets des personnes grosses et pour lesquels elles sont jugées.

Chose certaine : on est d’accord avec Marilou sur le fait qu’on a besoin de #PlusDePlis. Juste plus de plis diversifiés.


 

Partagez !
À propos de l'auteur(trice)

Edith Bernier

Fondatrice de Grossophobie.ca - Infos & référence, conférencière et consultante, elle lutte activement contre la grossophobie depuis 2017. Elle a écrit sur les préoccupations des femmes taille plus en voyage (sur La Backpackeuse taille plus) pendant 6 ans.